Les sept pyramides de l’île Maurice

Pyramids 1

Pendant de nombreuses années, l’origine et la signification des sept petites pyramides situées au Sud de l’île Maurice, sur une plaine connue sous le nom de Plaine Magnien, ont suscité bien des débats. Selon des études entreprises par Antoine Gigal, chercheuse et auteure française, aucune de ces structures ne mesure plus de 12 mètres de haut et chacune dispose d’entre 6 et 11 marches en terrasse, ce qui les rapproche d’autres pyramides retrouvées en Sicile, en Méditerranée, ainsi que sur l’île de Tenerife au large de la côte ouest africaine, des îles qui, comme l’île Maurice, ont un passé volcanique.

La question de Tenerife

pyramids 2

Les pyramides mauriciennes auraient davantage de similitudes avec celles retrouvées à Tenerife. Elles semblent par exemple faire part d’un complexe, étant regroupées sur une zone relativement petite. Elles ont également été fabriquées avec des pierres volcaniques, sans l’utilisation de mortier d’aucune sorte pour les fixer les unes aux autres. Les pyramides de Tenerife ne dépassent également pas 12 mètres en hauteur, et selon Gigal, aucune caractéristique perceptible ne semblerait pouvoir différencier ces dernières des édifices retrouvés sur l’île Maurice, insinuant un véritable lien et non une simple coïncidence. Oserait-on imaginer une sorte d’histoire commune datant de l’époque des pharaons ?

Un point de vue local 

Pyramids 3

Gigal ne reste toutefois pas sans détracteurs et beaucoup de personnes sur l’île Maurice ne voient en ces pyramides rien de plus que des amas de cailloux et de pierres, empilés par les travailleurs des champs dans le but de nettoyer la terre pour la culture de la canne à sucre. En effet, en 2009, le journal mauricien L’Express Dimanche a publié un article affirmant que la théorie de Gigal n’était rien de plus que de belles histoires et citant les historiens locaux Guy Rouillard et Yvan Martial qui expliquent que les pierres furent entassées en 1944, lorsque la société Mon Trésor – Mon Désert (MTMD) acquit le terrain.

Mais Gigal reste convaincue. Pour elle, l’assertion que ces structures ne sont que d’énormes tas de pierre est « totalement absurde », un point de vue étayé par la précision des lignes et des angles des pyramides et par le fait que des compensations aient été effectuées en fonction de l’inégalité du sol afin de maintenir la symétrie. Elle maintient également que ces structures sont probablement des vestiges d’une culture de marins capables de traverser les océans et ayant laissé leurs traces de chaque côté du continent africain.

 

Découvrez-en davantage sur les conclusions mauriciennes de Gigal sur son site Internet Gigal Research.

Avez-vous vu les pyramides de l’île Maurice ? Quel est votre point de vue concernant leur origine ? Dites-nous ce que vous en pensez en laissant un commentaire ci-dessous.

 

Photos: Shanti Maurice, Imgur

This post is also available in: Anglais

3 COMMENTS 3 COMMENTS
  1. Sûr, ce sont les extra terrestres qui sont en cause !

    siouper 3 years ago Reply
  2. Bonjour. Il y a d’autres pyramides sur le sol Mauricien. Vous pouvez retrouver les fondations sur la route allant de Britannia en direction de Curepipe à rivière du poste dans les champs de canne. Beaucoup d’histoires concernant ces structures circulent, dont un mégalomane qui employait ses ouvriers à recycler les pierres retrouvées en grand nombre dans le sol pour bâtir ces structures pyramidales. Milieu du siècle dernier, des fouilles ont été organisées par une compagnie Anglaise. Et comme dernière info, le terrain s’appel “mon trésors”.

    richard 3 years ago Reply
  3. Bonjour et bravo pour ce blog .
    On ne parle pas assez de ces pyramides Mauriciennes.
    Vivant à l’ile de la Réunion j’ai pu me rendre sur l’ile voisine et ai aperçu ces pyramides qui même si elles ne sont pas aussi imposantes que celles de Gizeh, n’ont rien à avoir avec de vulgaires tas de pierres.
    L’ile Maurice ainsi que l’ile de la Réunion ont effectivement un sol où les pierres et roches de toutes tailles sont omniprésentes , il est donc d’usage d’en extraire un maximum du terrain avant son exploitation . Alors je vous confirme que nos tas de pierres,triés sous le soleil de l’océan indien, n’ont jamais fait l’objet d’empilement élaboré.
    En ce qui concerne la culture de la canne il n’est pas nécessaire d’extraire les pierres car c’est justement une culture adapté à ce type de sol .

    william 3 years ago Reply
LEAVE A REPLY